A l’initiative de la France, nous avons lancé une équipe de négociation européenne en juin dernier, qui nous a permis de constituer un portefeuille large de vaccins, identique pour tous les pays européens.

Les 5 vaccins dont l’arrivée sur le marché est prévue au premier semestre 2021 avaient été précommandés par l’Europe. Il s’agit des vaccins BioNTech-Pfizer, Moderna, Curevac, Astrazeneca et Janssen. Nous avons commandé plus de doses que nécessaires au cas où l’un des vaccins prendrait du retard. Nous avons ainsi commandé de quoi vacciner 100 millions de personnes, soit plus que la population Française.

Ces vaccins arriveront progressivement au cours du premier semestre, nous permettant d’atteindre notre cible d’au moins 15 millions de personnes vaccinées d’ici l’été. La campagne vaccinale durera ainsi plusieurs mois.

A ce stade, seul le vaccin BioNTech-Pfizer a reçu toutes les autorisations, lui permettant d’être administré en Europe et en France. Ce vaccin présente deux caractéristiques :

  • Il s’agit d’un vaccin dit « à ARN », soit une technologie nouvelle, qui a suscité beaucoup de questions, et rendu encore plus dispensable le travail d’explication et d’adhésion des personnes à vacciner ;
  • Il s’agit d’un vaccin dont les caractéristiques rendent la distribution particulièrement complexe : il doit être conservé à -80° dans des congélateurs spéciaux, ne peut être conservé que 5 jours entre 2 et 8°, et ne peut pas être transporté plus de 12 heures.

Amplification, accélération et simplification de notre stratégie de vaccination  

Le vaccin est une nouvelle arme indispensable dans notre lutte contre le virus. Il est une des clés qui nous permettra de retrouver nos vies d’avant.

Aussi, suivant les préconisations des autorités sanitaires, nous avons mis en place une stratégie claire : vacciner d’abord les personnes les plus vulnérables et étendre, au fur et à mesure, à tous les Français.

La montée en puissance de notre campagne vaccinale commence : nous amplifions, accélérons et simplifions la stratégie de vaccination.

Après l’ouverture dès ce week-end de la vaccination aux soignants de plus de 50 ans, Olivier Véran annonçait ce matin l’élargissement des publics cibles. Ainsi, le vaccin est désormais accessible aux sapeurs-pompiers et aux aides à domicile de plus de 50 ans.

Nous accélérerons également le déploiement des centres de vaccination : d’ici demain après-midi, nous aurons multiplié par 4 le nombre d’hôpitaux en capacité de vacciner sur l’ensemble du territoire métropolitain et ultramarin.

Dans le même temps, nous développons les centres de vaccination destinés à la ville : 100 centres seront ouverts dès cette semaine, 300 la semaine prochaine et 500 d’ici la fin du mois de janvier.

Ces nouveaux centres nous permettront de débuter la vaccination des personnes âgées de 75 ans et plus, résidant à domicile, avant la fin du mois de janvier.

Finalement, nous simplifions la campagne de vaccination en remplaçant la consultation pré-vaccinale par un dispositif plus direct. Les infirmières et aides-soignants pourront désormais réaliser les opérations de vaccination en EHPAD, et une procédure simplifiée sera mise en place pour faciliter la prise de rendez-vous de vaccination.

Vos interrogations :

Le gouvernement répond à vos questions sur la stratégie de vaccination.
MAJ :  lundi 4 janvier 2021

Ce choix, qui nous a été recommandé par la Haute Autorité de santé, est totalement fondé.

  • Les résidents en EHPAD, en USLD, mais également en résidence autonomie, sont les plus vulnérables non seulement en raison de leur âge et des pathologies mais aussi du fait de leur exposition au virus en raison de leur vie en collectivité.

  • A ce titre, les personnes âgées vivant à domicile ne sont pas dans la même situation. Près de 20 000 décès ont été enregistrés en EHPAD depuis le début de l’épidémie soit près d’un tiers des décès.

  • Il est de notre responsabilité collective de protéger d’abord les personnes les plus fragiles et les plus à risque. C’est un choix sanitaire et éthique.

En circonscription – le 06/01/2021

COVID-19 : stratégie de vaccination